Retrouvez vos dernières infos assurance et banque

De plus en plus de conducteurs sans assurance auto…

Le nombre d’accidents corporels liés à la circulation, dont le responsable n'a pas d'assurance pour son véhicule, a encore augmenté de 6,45 % en 2013 par rapport à 2012. Un phénomène d’autant plus inquiétant que les sinistres routiers, eux, sont en net retrait.

De plus en plus de Français rouleraient sans être assurés. 27.310 dossiers de conducteur roulant sans assurance auto ont été traités en 2013, contre 25.655 en 2012, selon le bilan annuel du Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO), un organisme sous tutelle de l’Etat créé en 1951 pour indemniser les victimes d’accidents de la route provoqués par des conducteurs non-assurés ou en fuite. Soit une hausse de 6,45% en un an.

Depuis 2009, la progression s’élève à 28,4%. Ce résultat est d’autant plus inquiétant que le nombre total d’accidents corporels liés à la circulation connaît, lui, un repli de 22% sur la même période, d’après l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR). En d’autres termes, il y a moins de sinistres routiers mais il y en a de plus en plus causés par des conducteurs n'ayant pas souscrit à une assurance voiture. Les dossiers traités par le FGAO ont représenté 9,61% des accidents corporels recensés en 2013 par l’ONISR. Cette part se situait à seulement 6,91% en 2009. Paradoxalement, moins les conducteurs sont assurés et plus ils semblent prendre des risques.

Les jeunes surreprésentés: le coût de l'assurance en jeu?

Toujours selon le FGAO, 45% des non-assurés le sont pour cause de non-paiement. C’est-à-dire qu’ils n’ont pas payé la prime de leur assurance auto et ont dépassé le délai de 30 jours après la relance de leur assureur. 34% d’entre eux sont exclus des garanties suite à la nullité de leur contrat d’assurance auto due en grande partie à une fausse déclaration lors de la souscription d'assurance (antécédents non déclarés, fausse information concernant le conducteur principal…). 10% des cas proviendraient de nouveaux acheteurs de véhicules qui pensent disposer de 24 heures pour s’assurer et 6% de défaut (absence ou retrait) de permis de conduire.

Sur le seul critère de l’âge, les non-assurés se recrutent avant tout chez les jeunes conducteurs. 59% ont moins de 35 ans (27% de 18-25 ans et 32% de 26-35 ans), contre 20% de 36-45 ans, 17% de 46-64 ans et 3% de 65 ans et plus. Cette surreprésentation s’explique par un comportement sur la route plus risqué et surtout par la volonté de ne pas payer la surprime souvent appliquée aux assurances auto pour jeunes conducteurs.

Une dette importante à payer

« L’absence ou l’exclusion de garantie met le responsable de l’accident seul face à toutes les conséquences financières pour les victimes », rappelle le FGAO. Une fois qu’il a indemnisé les victimes, le Fonds n’hésite pas à se retourner contre le responsable n'ayant pas souscrit à une assurance pour son véhicule. Sur les 87,6 millions d’euros versés aux victimes en 2013, 15 millions d’euros ont, de cette manière, été récupérés. « Le non-assuré se retrouve ainsi face à des dettes considérables à rembourser, qu’il est parfois dans l’obligation de transmettre à ses héritiers », souligne le FGAO. Au final, ce dernier estime qu’entre 370.000 et 740.000 véhicules, soit de 1% à 2% des conducteurs, circuleraient sans assurance dédiée en France.