Retrouvez vos dernières infos assurance et banque

Covoiturage : un moyen de réduire son budget transport

Grâce au covoiturage, il est désormais possible d’alléger la facture de transport. Gare toutefois à ceux qui en font une activité lucrative.

Le covoiturage est un service rendu à titre bénévole et non commercial. Le point sur un phénomène en plein développement.

Pour ceux qui souhaitent se laisser tenter par le covoiturage, de nombreux sites internet www.blablacar.fr (ancien www.covoiturage.fr) www.carpooling.fr, … mettent en relation des conducteurs et des passagers pour des trajets dans toute la France et parfois même en Europe. Une fois en contact, les deux parties se mettent d’accord sur les modalités du voyage (itinéraire, point de rendez-vous, nombre de bagages,…) et sur la participation aux frais d’essence et de péages, notamment. Pour payer, deux solutions : de la main à la main ou, à l’avance, directement sur le site. En cas d’accident, le passager sera couvert par l'assurance du véhicule, au titre de la garantie obligatoire de responsabilité civile. Côté chauffeur, il est préférable d'avertir son assurance auto de cette activité.

Des économies pour tous

Pour plus de 90 % des covoitureurs, la première motivation est le prix ! Pour les chauffeurs, le gain est immédiat puisque leurs frais de carburant et de péages sont divisés par le nombre de personnes dans le véhicule. Côté passager, le système permet de voyager à un prix très raisonnable. Sur blablacar.fr, par exemple, un Paris-Marseille revient en moyenne à 45 euros, un Paris-Lyon à 30 euros et un Paris-Lille à 15 euros. C'est-à-dire bien moins cher qu'un billet de train, surtout lorsqu'on s'y prend la dernière semaine avant son départ ou en période de vacances scolaires. Une solution particulièrement prisée par les jeunes conducteurs, qui économisent également sur le prix de leur propre trajet.

Attention, la Cour de cassation (12/03/2013, chambre commerciale, pourvoi n°11-21908) a précisé que les sommes versées par les personnes transportées ne doivent pas excéder les dépenses de carburant et de péages autoroutiers et celles dues à l'utilisation normale d'un véhicule (entretien et assurance de sa voiture). S’agissant d’un service rendu à titre bénévole et non commercial, ce mode de transport ne doit pas générer un gain pour le transporteur. Pour éviter les dérives, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) vient de lancer une enquête pour vérifier la conformité des sites internet de covoiturage à la réglementation. Bercy prévient que les particuliers qui s'engagent dans cette activité, sans respecter les règles, s'exposent à des sanctions pénales.

Pour un tourisme responsable et convivial

A l’aspect économique s’ajoute le côté pratique ! Les trajets proposés sont très nombreux et beaucoup plus divers que ceux proposés par les autres modes de transports. En partant à plusieurs dans un seul véhicule, le covoiturage permet aux utilisateurs de s’inscrire dans une démarche de tourisme responsable. Avec, à la clé, moins de pollution et une réduction des frais d’entretien des réseaux routiers.

Stéphanie Alexandre (Le Particulier)