Retrouvez vos dernières infos assurance et banque

Vol de voiture : comment se protéger du « mouse jacking »

actu-mouse-jacking

Pour la première fois depuis l’an 2000, le nombre de voitures volées a augmenté en 2014. Une des raisons avancées pour expliquer ce phénomène, qui devrait se confirmer cette année, est l'apparition d'un nouveau type de vol, le « mouse jacking » ou vol à la souris en français.

Pour voler une voiture, l’outil à la mode n’est plus le pied de biche mais la souris. A l’intérieur des véhicules, la « high tech » est de plus en plus présente et les voleurs ont su tourner cette évolution technologique à leur avantage. Ils se servent d’un PC portable pour reconfigurer intégralement l'ordinateur de bord, d’où le nom de « mouse jacking ».

Le véhicule est en quelque sorte « hacké », sans effraction physique. D’après l’association 40 millions d’automobilistes, le « mouse jacking » (vol de voiture à la souris) représenterait aujourd'hui 50% des vols de voiture contre 21% pour le « home jacking » (vol au domicile du propriétaire) ou 8% pour le « car jacking » (vol durant lequel le conducteur est extirpé de force de son véhicule).

Des précautions à prendre

Les constructeurs automobiles ont déjà pris conscience de l’ampleur de ce phénomène. Certains développent par exemple des boîtiers permettant de tracer le véhicule à distance. Sur son site internet, le ministère de l’Intérieur a publié une liste de consignes pour limiter le risque de « mouse jacking ».

La place Beauvau conseille notamment de faire installer une alarme et un coupe-circuit ou encore de faire tatouer le numéro de châssis sur toutes les vitres du véhicule, ce qui permet l'identification des véhicules volés et facilite leur recherche et leur rapatriement. Enfin, il est indispensable de vérifier que votre assurance auto couvre bien le vol sans effraction.

Contacter rapidement son assureur

Si le vol a déjà eu lieu, ne tardez pas à faire les démarches liées au vol de votre voiture. Allez d’abord déposer plainte dans les 24 heures au commissariat ou à la gendarmerie. Toujours dans ce laps de temps, faites opposition au service des cartes grises de la préfecture. C’est seulement ensuite que vous devez contacter votre assureur de voiture car l'attestation de dépôt de plainte doit obligatoirement être jointe à la déclaration de vol envoyée à l'assurance.
 

Trouver des preuves

Lorsque le véhicule est retrouvé par les autorités dans les 30 jours, l'assuré doit, pour se faire indemniser les frais de récupération (dépanneuse, fourrière, etc.) auprès de son assureur automobile, démontrer qu’il y a eu tentative de vol de votre voiture par des preuves matérielles. Une condition difficile à remplir dans le cadre d’un « mouse jacking », qui, par définition, se fait sans effraction. Dans ce cas, tous les éléments de preuve, comme les témoignages ou les expertises, peuvent servir. Après 30 jours, le véhicule est considéré comme définitivement perdu et son propriétaire peut obtenir le remboursement de sa voiture à la valeur du moment contre la remise des clefs et de la carte grise.