Des économies d’impôt en épargnant pour sa retraite

Placer vos économies sur un plan d’épargne retraite populaire (PERP) vous permet à la fois d’épargner pour votre retraite et de réaliser de solides économies d’impôt.

Comment ça marche ?

Le PERP est un produit d’épargne à long terme.

Vous y placez de l’argent régulièrement et vous bénéficiez, au moment de votre départ à la retraite, d’une rente versée toute votre vie. Vous avez également la possibilité de récupérer 20% des sommes que vous avez épargnées sous forme de capital.

Il n’y a aucune obligation en matière de versements, vous alimentez votre PERP quand vous le voulez, régulièrement ou pas.

Surtout, il vous permet en plus de réaliser de solides économies d’impôts. Les sommes que vous y versez sont en effet déductibles de votre revenu imposable, et vous procurent donc une économie d’impôt l’année suivante. De plus, l’avantage fiscal obtenu grâce au PERP n’entre pas dans le plafond global des niches fiscales de 10 000 euros par foyer. Par conséquent, épargner pour votre retraite n’entame pas ce plafond, que vous pouvez intégralement consacrer à d’autres réductions d’impôts comme les femmes de ménage à domicile ou aux travaux d’économie d’énergie par exemple. 

Un plafond de déductibilité important…

Il y a deux plafonds que vous ne pouvez pas dépasser. Le premier est relatif à vos revenus professionnels : vos versements sur votre PERP sont intégralement déductibles jusqu’à une somme maximale de 10% de vos revenus professionnels nets de l’année précédente. Le second est exprimé en valeur absolue, revalorisé tous les ans: les versements intégralement déductibles sont limités à 30.038 euros en 2015.

Votre propre plafond de déductibilité pour les versements que vous effectuerez en 2015 (les 10% de vos revenus nets de l’année précédente) est calculé chaque année par l’Administration fiscale et il figure, ainsi que ceux non consommés des trois années précédentes, dans votre déclaration de revenus.

Si vous ne dépassez pas ces montants, vous pourrez déduire intégralement vos versements de vos revenus imposables. Si vous avez par exemple déclaré 400 000 euros de salaires nets en 2014, vous ne pourrez pas déduire 10% de cette somme, soit 40 000 euros, car il faudra vous arrêter à la limite maximale de 30 038 euros pour 2015. En revanche, si vous avez déclaré 120 000 euros de salaires nets en 2014, vous pourrez verser jusqu’à 12 000 euros au maximum sur votre PERP (10% de vos revenus professionnels au maximum), intégralement déductibles de votre revenu imposable (si vous n’avez pas d’autres produits de retraite déductibles). Soit une économie d’impôt pour l’année suivante de 5 400 euros si vous êtes dans la tranche d’imposition à 45% (45% de 12 000 euros), de 4 920 euros si vous êtes dans la tranche à 41% et de 3 600 euros si vous êtes dans la tranche à 30%. 

… et reportable

De plus, la partie du plafond déductible non utilisée durant une année donnée est reportable sur les trois années suivantes.

Cette année, vous pourrez donc utiliser votre plafond 2015, mais aussi les montants non consommés de vos plafonds de 2014, 2013 et 2012 (tous indiqués dans votre avis d’imposition). Et sur ces mêmes quatre années, vous pourrez, en plus, utiliser les soldes non consommés de votre conjoint (le disponible peut être cédé à son conjoint à condition d’avoir coché la case idoine dans votre déclaration de revenus). En bref, si vous ouvrez pour la première fois un PERP cette année, vous pourrez faire des versements intégralement déductibles à hauteur de vos quatre plafonds de déductibilité et de ceux de votre conjoint. 

Attractif au regard de l’ISF

La rente qui vous est servie après votre départ à la retraite est imposée normalement, comme un salaire, avec la déduction de 10%. Mais, cette même rente sera exonérée d’ISF (impôt sur la fortune), à condition que vous ayez fait des versements sur votre PERP pendant 15 ans (pas nécessairement consécutifs). 

Contrat de retraite PERP ou loi Madelin ?

- Qui peut souscrire. Le PERP est ouvert à tous sans exception, alors que le contrat Madelin est réservé aux travailleurs non salariés ou indépendants.

- Les versements. Le contrat Madelin, lui, doit être alimenté tous les ans. Votre cotisation, choisie à la souscription, est cependant modulable dans une fourchette de 1 à 15. Les années difficiles vous pouvez verser le minimum, les meilleures années, vous pouvez monter jusqu'au maximum de votre fourchette de versement.

- La sortie. PERP ou Madelin, vous ne pouvez pas effectuer de retrait et votre épargne est, sauf cas exceptionnels, bloquée jusqu’à votre départ à la retraite. Vous la récupérez obligatoirement sous forme de rente viagère avec le contrat Madelin. Sur le PERP, vous pouvez retirer 20% sous forme de capital.

- L’avantage fiscal. Il est plus important avec un contrat Madelin qu’avec un PERP.

  • Mentions légales

    Rédigé par Lucile Perlemuter