5 bonnes raisons de souscrire un PERP même après 55 ans

Un couple de quinquas pense à la retraite


A 55 ans ou plus, le PERP constitue une stratégie d'investissement qui peut être intéressante pour tous ceux qui souhaitent compléter leur retraite de base et complémentaire.

1/ Le taux moyen de remplacement des retraites diminue au fil des générations dans le public comme dans le privé

Cet indicateur permet de rendre compte de la perte du pouvoir d’achat liée au départ à la retraite. Il peut être défini comme le rapport entre le montant de la retraite (base et complémentaire, tous régimes confondus) et celui de la rémunération en fin de carrière. Prenons pour exemple un salaire de 3 000 €/mois net en fin de carrière et une pension retraite de 2 100 €, le taux de remplacement est de 70 %, soit une perte de 900 €/mois.

Pour les assurés nés entre 1936 et 1946, les études réalisées par la Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques (DREES) chiffrent d’ores et déjà la diminution du taux de remplacement médians à 3,4 points dans le privé et 7,3 points dans le public [1].

2/ L’âge de départ effectif à la retraite augmente progressivement

Depuis une vingtaine d’années, les réformes mises en œuvre conduisent toutes, de manière plus ou moins directe, à reculer l’âge effectif de départ à la retraite en jouant sur les bornes d’âges, la durée d’assurance voire la mise en place de malus. En effet, il est important de ne pas confondre l’âge légal minimum de départ en retraite et l’âge effectif de départ en retraite. Le premier est le droit, le second la réalité. Selon le Conseil d’Orientation des Retraite (COR), l’âge moyen de départ effectif à la retraite devrait augmenter progressivement chaque année pour atteindre 64 ans en 2044 [2]. Ceux qui ont commencé à travailler tard ou qui ont eu des interruptions d’activité ne donnant pas lieu à validation de trimestres devront attendre, si nécessaire, l’âge d’obtention automatique du taux plein, soit 67 ans pour les assurés nés à compter de 1955.

A 55 ans, un assuré dispose donc au minimum de 7 ans pour se constituer une épargne de précaution.

3/ Il n’y a pas d’âge pour profiter d’une économie d’impôts

Les cotisations versées sur un PERP sont déductibles du revenu imposable dans la limite d'un plafond individuel. Sur option, les couples mariés et les partenaires liés par un PACS soumis à une imposition commune peuvent mutualiser leurs plafonds.

L’économie d’impôt sur le revenu est ainsi proportionnelle au taux d’imposition du foyer.

Pour les personnes concernées, une économie d’ISF peut dans certains cas et sous certaines conditions renforcer l’intérêt du PERP.

En contrepartie de ces avantages, les rentes versées sont imposables selon les règles des pensions et retraites. Toutefois, cette imposition aura lieu à un moment de la vie où les revenus seront sans doute moindres, alors que les déductions d’impôts seront appliquées durant la vie active, souvent selon la tranche maximale du barème.

4/ Les droits constitués ne sont jamais perdus pendant la période de constitution

Le PERP ne comporte aucune possibilité de rachats en cohérence avec son objectif sauf dans l’un des cas limitativement énumérés à l’article L132-23 du code des assurances, dont notamment l'expiration des droits de l'adhérent aux allocations chômage prévues par le code du travail en cas de licenciement, et non de rupture conventionnelle, ou de la perte d'une activité non salariée à la suite d’un jugement de liquidation judiciaire.

En cas de décès, une rente viagère, temporaire ou d’éducation sera versée aux bénéficiaires désignés.

5/ Au dénouement du plan, le PERP offre une grande souplesse

Contrairement aux régimes obligatoires de base et complémentaire, le PERP offrent un large choix de rentes (rente viagère avec ou sans réversion, avec ou sans annuités garanties, majorée pendant ou au-delà des premières années).

Une sortie en capital est également autorisée dans la limite de 20% de la valeur de rachat ou de la fraction affectée à l’acquisition d’une résidence principale en primo-accession.

Au final, il n’y a pas d’âge pour se préoccuper de sa retraite. N’hésitez pas, votre conseiller AXA peut vous aider.

- Article rédigé en mai 2016 - 

[1] Études et Résultats, n°926, Drees, Juillet.
[2] Lettre du COR, n°13 mars 2016

5 bonnes raisons de souscrire un PERP même après 55 ans

Partager cet article :