Retrouvez vos dernières infos assurance et banque

L’assurance vie : une bonne préparation à la retraite selon les Français

Portrait of an happy aged couple surfing on a laptop

Les Français ouvrent une assurance vie avant tout pour préparer leurs vieux jours. Selon une enquête menée par l'Association française de l'assurance (AFA)* 27% d’entre eux déclarent l’avoir fait dans le but de se constituer un capital ou des rentes une fois à la retraite.

Nos concitoyens ont en effet intérêt à prévoir des revenus complémentaires une fois retraités : d’après le ministère des Affaires sociales, le montant des pensions de retraite s’élève en moyenne à seulement 1.288 euros par mois.

Assurance vie : un placement bien adapté

L’assurance vie paraît particulièrement bien adaptée pour préparer sa retraite. Contrairement au Livret A, elle n’est pas plafonnée : l’épargnant peut placer autant d’argent qu’il souhaite et peut détenir plusieurs contrats. D’après l’AFA « les fonds en euros offrent une garantie sur le capital à tout moment et des rendements tout à fait honorables de 2,50% en 2014 ». 

La deuxième cause de souscription, à savoir la transmission d’un capital, est passée en l’espace de huit ans de 10% à 16% des motivations pour les nouvelles ouvertures de contrat. 

Assurance vie : une épargne de précaution

Plus surprenant : 14% des personnes interrogées disent avoir souscrit une assurance vie sans but précis, ou alors par précaution, afin de pouvoir faire face à des dépenses inattendues (achat d’une nouvelle voiture, paiement des impôts…).

11% des nouveaux clients y voient le moyen de faire fructifier un capital, 10% épargnent en vue d’un projet précis (achat immobilier, création d’entreprise…), 10% pour se constituer un capital ou une rente en cas de dépendance, 7% pour bénéficier des avantages fiscaux de l’assurance vie (abattement sur les gains après huit ans de détention, prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5% après huit ans...), 3% pour aider des proches, et enfin 2% pour « d’autres objectifs ».

*Source : étude de l’AFA menée auprès de 5.586 souscripteurs d’un nouveau contrat d’assurance vie en 2014