Maison : améliorez la qualité de l'air de votre intérieur
ACTU
Complémentaire santé
Par AXA,  le 20/09/2017 4 minutes de lecture

Maison : améliorez la qualité de l'air de votre intérieur

La 3ème journée nationale pour la qualité de l’air (20 septembre) est l’occasion de se rappeler quelques bonnes pratiques. Et de battre en brèche certaines idées reçues : saviez-vous que la pollution est souvent pire dans un espace clos qu’à l’extérieur ? Faisons le point sur les zones à risques et les bons gestes à adopter dans votre maison !

En une semaine, vous passez en moyenne 16 heures par jour à votre domicile. Sans compter les heures où vous êtes encore dans des espaces clos (bureau, magasins, transports en commun). La qualité de l’air intérieur est donc primordiale !

D’où vient la pollution intérieure ?

Outre la fumée de tabac, l’air est pollué par de nombreux agents chimiques qu’on regroupe sous le nom de composés organiques volatils (COV) :  formaldéhyde, éthers de glycol, terpènes, benzène, phtalates...

Les COV proviennent des produits d’entretien, dépoussiérants, désodorisants, parfums d’intérieur, encens, bougies, bombes aérosol, insecticides, détergents, cosmétiques, solvants, plastiques, meubles en mousse de polyuréthane, colles des meubles en aggloméré ou des papiers peints...

Les surfaces des objets de la maison sont aussi des pièges à microbes : tapis de bienvenue, poignées de portes, interrupteurs électriques, robinets, W.-C., sanitaires, télécommande de la télé, manettes de jeux, clavier d’ordinateur, téléphone, aspirateur, balais, literie, tapis de gymnastique, litière du chat, poils des brosses à dents, à cheveux et à maquillage...

Quant au tabagisme passif, un logement avec fumeur crée lui 10 fois plus de microparticules qu’un logement sans fumeur.

Les risques d'une mauvaise qualité d'air

31 substances contenues dans les produits d’ameublement sont jugées cancérogènes et pourraient perturber la reproduction.*

D’autres substances peuvent favoriser une gêne respiratoire ou des allergies (rhinite, conjonctivite, asthme), voire occasionner un risque cardio-vasculaire. 

Air intérieur : changez de comportement et ventilez !

Les bons gestes pour purifier votre air :

  • Ôtez vos chaussures dès que vous rentrez à la maison ;
  • Passez-vous des produits inutiles : désodorisants, insecticides… ;
  • Choisissez les produits ménagers les plus écologiques possibles (savon de Marseille, vinaigre blanc, bicarbonate de soude, savon noir, cire naturelle, pierre d’argile) ;
  • Nettoyez les surfaces sales et passez l’aspirateur au moins une fois par semaine ;
  • Pensez à les nettoyer et à changer l’eau des fleurs !
  • Rabattez toujours le couvercle de la lunette des W.-C. avant de tirer la chasse d’eau ;
  • Si vous fumez encore, allez sur le balcon ou dehors ;
  • Ornez vos pièces (sauf la chambre) de plantes dépolluantes (Aloe vera, philodendron, Ficus benjamina), mais elles ne remplaceront pas une bonne aération (sauf en cas de fort pic de pollution extérieure) ;
  • Ouvrez les fenêtres au moins 10 minutes par jour dans toutes les pièces, quelle que soit la température extérieure, pour renouveler l’air, éliminer les odeurs, diminuer l’humidité et la concentration des polluants.

En cas de pic de pollution passager, il est recommandé de continuer à aérer et ventiler votre habitation, mais aux périodes de la journée les moins polluées. Pour connaître la qualité de l’air en un point du territoire, consultez les informations diffusées par l’association agréée de surveillance de la qualité de l’air de la région.

Recevez gratuitement le guide du bien-être AXA Prévention

Sources
*Liste dressée par L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) - Juin 2015
Article extrait du "Guide du bien-être : ma santé au quotidien !" - AXA Prévention - 2017