ACTU
Par AXA,  le 15/09/2019 4 minutes de lecture

Nouvelle génération, nouveaux risques : comment protéger vos enfants ?

Face aux évolutions technologiques et à la montée des phénomènes de cyberharcèlement et de racket à l’école, les parents peuvent se sentir démunis. Quelques conseils pour protéger vos enfants face à ces nouveaux risques.

Le cyberharcèlement : la face obscure des nouvelles technologies

Vous avez sans doute connu les petits mots griffonnés sur un bout de papier se passant de mains en mains dans les salles de classe avec des commentaires peu sympathiques sur tel ou tel camarade de classe.

Avec les réseaux sociaux, on passe malheureusement à une toute autre échelle où n’importe quel message malveillant (texto, photo, post…) peut être partagé à des milliers de personnes. Les enjeux ne sont pas les mêmes en cas de harcèlement, car cela peut venir de n’importe où et être massivement relayé en ligne. On parle alors de cyberharcèlement.

Et le phénomène prend de l’ampleur, ainsi 40 % des élèves scolarisés déclarent avoir déjà été victimes d’une agression en ligne1 (insulte, chantage…) et un enfant sur trois a déjà ressenti de la peur en naviguant sur Internet (contenu violent, propos déplacés…). Pour les générations précédentes, qui ont connu une enfance « offline », ces situations peuvent être difficiles à appréhender.

Sensibilisez vos enfants

Il existe de nombreux outils pour sensibiliser vos enfants aux dangers d’Internet et des réseaux sociaux. Parmi eux, le « Permis Internet ». L’idée : Comme pour le Code de la Route, la connaissance de certaines règles de base peut éviter à votre enfant de s’exposer à des situations à risque. Une campagne de sensibilisation qui a lieu chaque année dans les classes de CM2 avec le concours de la police nationale. A la maison, sur le site permisinternet.fr, vos enfants peuvent répondre à des quiz ludiques sur l’utilisation du web et des réseaux sociaux.

Protégez-les contre les cyber-risques

La Protection Familiale Intégr@le AXA est le contrat garantie des accidents de la vie d’AXA. Il propose une option « cyber-risques » en cas d’atteinte à l’e-réputation de votre enfant, victime de cyberharcèlement2 incluant notamment :

  • le nettoyage ou le noyage des données compromettantes par une société externe pris en charge jusqu’à 5 000€
  • une prise en charge des frais de procédure et honoraires d’avocat en cas de litige à l’amiable ou en cas de litige en phase judiciaire
  • la prise en charge du soutien psychologique pour la victime.

Le racket : comment réagir ?

Libérer la parole en abordant le sujet en amont

Selon le ministère de l’Education Nationale, le racket est le fait d'obliger une personne à remettre un objet ou une somme d'argent, en la menaçant de lui faire subir des actes de violence. Ce phénomène n’est pas certes nouveau.

Ce qui l’est en revanche, c’est la valeur des objets que vos enfants transportent à l’école : smartphone, casque sans fil, console portable, vêtements de marque… Et qui peuvent susciter la convoitise de personnes malintentionnées. En 2017, près de 7 % des collégiens déclaraient en avoir été victimes (contre 5.5 % en 2011)3.

Les agresseurs jouent souvent sur le sentiment de honte de la personne ciblée et la peur des représailles pour la tourmenter en toute impunité. Il est donc important d’aborder le sujet avec lui en amont, ce qui décomplexera d’autant sa prise de parole si jamais il est victime de tels agissements.

Parer à toutes les éventualités avec des contrats adaptés

Et parce que malgré toutes les précautions, ce type d’agressions peut survenir, l’Assurance Scolaire AXA propose l’option « racket » pour couvrir ce risque. Cette garantie permet d’indemniser la valeur des effets personnels extorqués et de prendre en charge le soutien psychologique4, dont votre enfant pourrait avoir besoin.

En cas d’agression avec séquelle, potentiellement traumatisante pour l’enfant et complexe à gérer pour son environnement familial, le contrat Protection Familiale Intégr@le AXA vous aide à surmonter ce moment difficile grâce à de nombreux services d’assistance2 (école à domicile, soutien psychologique…) et une indemnisation personnalisée des préjudices subis. De quoi aborder la rentrée dans la sérénité.

Pour aborder sereinement l’année scolaire qui commence, en bonne résolution de rentrée, faites le point avec votre conseiller !

[1] Enquête e-enfance pour 20 Minutes, 2017
[2] Selon clauses et conditions contractuelles 
[3] Enquête nationale de climat scolaire et de victimation, Direction de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performance (Deep), Ministère de l’Education Nationale, décembre 2017.
[4] Trois consultations maximums par an auprès d’un psychologue, psychiatre ou psychanalyste

Le contenu présent dans cet article présente un caractère informatif. Cette actualité n’engage pas contractuellement AXA qui décline toute responsabilité sur les décisions qui pourraient être prises à partir de ces informations.

Nouvelle génération, nouveaux risques : comment protéger vos enfants ?