Santé : votre médecin va-t-il vous prescrire des jeux vidéo ?
ACTU
Complémentaire santé
Par AXA,  le 10/01/2017 2 minutes de lecture

Santé : votre médecin va-t-il vous prescrire des jeux vidéo ?

Fréquemment accusés de nombreux maux, les jeux vidéo sont de plus en plus utilisés à des fins thérapeutiques. Bientôt, votre médecin pourrait bien vous prescrire une partie matin, midi et soir.

Evitons tout de suite les malentendus : les ludimédicaments (médicaments sous forme de jeux vidéo) ne se substituent pas aux traitements médicaux mais les complètent.

Psychothérapie, rééducation motrice : les vertus du jeu vidéo 

Les pathologies qui peuvent être accompagnées par des ludimédicaments sont nombreuses, mais deux secteurs sont particulièrement concernés : la rééducation psychomotrice et le travail psychothérapeutique. À cela s’ajoutent les jeux plus « préventifs », qui favorisent l’exercice physique, font travailler la mémoire ou initient aux bons gestes sanitaires. 

Le jeu Clash Back, par exemple, est utilisé par des pédopsychiatres pour renouer le dialogue avec des adolescents ayant du mal à gérer leur colère. Le jeu d’exploration Voracy Fish favorise la rééducation fonctionnelle des membres supérieurs des patients qui ont été victimes d’un AVC. Quant à Dig Rush il s’attaque à l'amblyopie (diminution de l'acuité visuelle)…

Un autre regard sur les jeux vidéo

Plus inattendu, selon une équipe de psychologues de l'université de Plymouth, les jeux vidéo grands publics seraient très efficaces pour lutter contre les comportements addictifs (à part, peut-être l’addiction au jeu vidéo).

D’autres grands classiques du jeu vidéo, comme les jeux de tir en vue subjective, auraient des effets très positifs sur les yeux des personnes atteintes de cataracte. Dès lors qu’ils sont utilisés avec modération, bien évidemment…

S'il n'est pas certain que le tiers-payant marche sur l'achat de votre prochaine Playstation, pour un meilleur remboursement de vos autres frais médicaux, prenez une complémentaire santé !  

A la recherche d’une complémentaire santé ?

Le contenu présent dans cet article présente un caractère informatif. Cette actualité n’engage pas contractuellement AXA qui décline toute responsabilité sur les décisions qui pourraient être prises à partir de ces informations.

A lire aussi :