Financer l'arrivée d'un enfant

La naissance d’un enfant est synonyme de nouvelles dépenses. Des aides financières et des avantages fiscaux ont été mis en place pour vous aider.

De nouvelles dépenses pour financer l'arrivée d'un enfant

Financer l’arrivée d’un enfant

Difficile d’évaluer le montant des dépenses liées à l’arrivée d’un enfant... Mais elles peuvent être importantes.

Pour ne pas déséquilibrer votre budget, essayez de les planifier :

  • un changement de logement ou des travaux d’aménagement ;
  • l’achat d’une nouvelle voiture ;
  • le matériel de puériculture (lit, poussette, siège auto, baignoire, porte-bébé) ;
  • l’alimentation (lait maternisé, petits pots, couches...) ;
  • les vêtements (avec une garde-robe à renouveler tous les trois mois la première année...) ;
  • les jouets (qui changent à chaque âge) ;
  • la garde de votre enfant si vous travaillez : crèche ou garde à domicile, quel que soit votre choix, c’est un poste important à prendre en compte dans votre budget. Son coût dépendra de votre situation personnelle et professionnelle.

Des aides et des avantages financiers pour l'arrivée d'un enfant

Des prestations sociales et des dispositifs fiscaux ont été créés pour vous aider à faire face à ces nouvelles dépenses.

  • Les aides de la caisse d’allocations familiales :
    - la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) comprenant plusieurs types d’aides, certaines soumises à un plafond de ressources ;
    - les allocations familiales versées automatiquement à partir du deuxième enfant ;
    - l’allocation de soutien familial (Asf) pour un père ou une mère élevant seul son enfant et ayant des revenus modestes.
  • Les primes à la naissance versées par certaines mutuelles d’entreprises à leurs salariés.
  • Les avantages fiscaux :
    - avec l’arrivée d’un enfant, le calcul de votre impôt sur le revenu est modifié. Votre quotient familial augmente et vous avez droit à une demi-part supplémentaire (ou une part à partir du 3ème enfant). Du coup le montant de votre impôt diminue ;
    - vous bénéficiez d’un crédit d’impôt si vous faites garder votre enfant à la crèche ou chez une assistante maternelle ;
    - si vous faites garder votre enfant chez vous, vous pouvez bénéficier, sous conditions, d’une réduction d’impôt ou d’un crédit d’impôt pour vos dépenses liées à l’emploi d’un salarié à domicile.

Partager cet article: