Séparation : comment bien gérer mon budget ?

Pendant votre vie commune, vous avez ouvert des comptes bancaires et souscrit des crédits à deux. Que deviennent-ils après votre séparation ? Quelles mesures prendre ? 

Bien gérer votre budget après votre séparation

Pendant votre vie à deux, vous aviez l’habitude de gérer un budget commun.

Avec votre séparation, vos biens communs sont partagés. Et vous devez faire face seul aux mêmes dépenses (le loyer, la voiture, les assurances, le quotidien...) ainsi qu’à de nouveaux frais (déménagement, mobilier...).

Par ailleurs, le divorce a un coût (frais de notaire, honoraires d’avocat...) et vous devrez peut-être aussi verser à votre conjoint :

  • une prestation compensatoire,
  • une pension alimentaire.

Ces nouvelles charges vont avoir un impact sur votre budget au quotidien. Mais aussi sur votre capacité à rembourser vos crédits. Soyez vigilant : établissez un nouveau budget pour éviter les problèmes financiers. Et gardez une épargne disponible en cas d’imprévu !

Si vous aviez chacun une procuration sur les comptes de l’autre, procédez à son annulation en envoyant une lettre recommandée avec accusé de réception à votre banque.

Si vous déménagez, communiquez votre nouvelle adresse à votre banque.

Quelles aides pour les parents isolés ?

Après votre séparation, si vous élevez seul vos enfants, vous avez droit à plusieurs aides.

L’allocation de soutien familial (ASF) est versée par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) si vous remplissez certaines conditions. Son montant en 2015 est de 95,52 € par mois par enfant. Par ailleurs, si votre ex-conjoint ne paie pas la pension alimentaire fixée par décision de justice, la CAF interviendra à votre place pour recouvrir cette somme. L'ASF vous sera accordée à titre d'avance.

L’aide à la garde d’enfants pour parents isolés (Agepi) est versée par Pôle Emploi. Elle vous permet de bénéficier, sous certaines conditions, d’une aide à la garde de vos enfants si vous reprenez un emploi. Son montant dépend de votre temps de travail.

La pension alimentaire

La pension alimentaire est la conséquence de l’obligation alimentaire existant entre époux, et des parents envers les enfants. Elle peut être due en cas de divorce, de rupture de Pacs ou de rupture de concubinage.

C’est une somme d’argent versée régulièrement par une personne à son ex-conjoint dans deux cas :

- pour le conjoint pendant la procédure de divorce, et après, dans certains cas ;

- pour l’entretien et l’éducation de leurs enfants mineurs (sauf en cas de résidence alternée).

Le montant de la pension alimentaire est déterminé par les ex-époux ou par le juge. Celui-ci tient compte des revenus de chacun, des âges et des besoins des enfants (frais de garde, école, soins médicaux...). La pension doit être payée tous les mois et revalorisée régulièrement.

Le parent qui verse la pension peut la déduire de ses impôts. Pour celui qui la reçoit, elle est imposable.

A noter : elle ne s’arrête pas à la majorité de l’enfant mais généralement quand celui-ci devient autonome financièrement (la date est décidée par le Juge).

Partager cet article