ACTU
Compte bancaire
Par AXA,  le 02/09/2018 5 minutes de lecture

Faut-il s'endetter sur 25 ans ?

La forte hausse du prix de l’immobilier au cours des dernières années, souvent supérieure à celle des revenus, pousse de plus en plus d’acheteurs immobiliers à s’endetter sur 25 ans, voire plus. Cela a été rendu possible par la faiblesse des taux d’intérêt.

L’intérêt d’étaler dans le temps un crédit immobilier est d’augmenter son pouvoir d’achat, comme on le voit dans le tableau suivant. Avec la même mensualité, sur 25 ans au lieu de 15, l’emprunteur augmente son enveloppe de 45%, en excluant ici la question de l’apport personnel.

 

Montant emprunté

Durée

Taux

Assurance

Mensualité

Coût du crédit

120.000 €

15 ans

1,41%

0,36%

776 €

19.687 €

174.000 €

25 ans

1,84%

0,36%

776 €

58.865 €

Cette solution est néanmoins plus coûteuse, non pas tant en termes de taux, mais au niveau du coût du crédit, qui triple.

 

Une pratique qui se répand

Ce n’est pas vraiment un frein, puisque selon l’Observatoire du Crédit Logement, la part des prêts à l’accession de 25 à 30 ans dans la production bancaire est passée de 14,4% en 2014 à 37,7 % en mai 2018. Les établissements de crédits tentent ainsi d’amortir les effets de la dégradation des soutiens publics sur la solvabilité des ménages modestes. Les prêts à plus de 30 ans restent marginaux.

 

Ne pas revendre trop vite

Concrètement, du fait des événements de la vie (naissances, divorce, mobilité professionnelle, etc.), de nombreux emprunteurs sont amenés à déménager : la durée effective de remboursement d’un crédit immobilier ne dépasse pas 10 ans.

Dans le cas du crédit sur 25 ans (voir tableau ci-dessus), l’emprunteur aura remboursé plus du tiers du capital au bout de 10 ans, ce qui est loin d’être négligeable.

 

Pour amortir les frais de notaire, l’idée est de conserver le bien quelques années. Selon une étude de février dernier du cabinet Elabe pour le Crédit Foncier, la moitié des moins de 35 ans, propriétaires ou non, se projettent sur une durée de moins de 5 ans d’occupation de leurs logements. Autre âge, autres mœurs : la majorité des plus de 50 ans imaginent vivre au même endroit 10 ans et plus.

Faut-il s'endetter sur 25 ans ?