Retrouvez vos dernières infos assurance et banque

5 (bonnes) raisons d’arrêter le (mauvais) sucre !

Arrêter le sucre mauvais

« J’ai tout mangé le chocolat… », chantait l’espiègle Sabine Paturel. Et on ne va pas lui jeter la sucrière : qui n’a jamais fondu devant un fondant ? Qui n’a pas craqué devant un croquant ? Hélas, à haute dose, le sucre devient toxique. Voici 5 bonnes raisons d’arrêter les bêtises, et pas seulement celles de Cambrai. 

1. Parce que l’on mange beaucoup (beaucoup) trop sucré

Il est partout. Certes, vous saviez pour les pâtisseries, confiseries, glaces ou chocolat. Mais le sucre se cache aussi là où on ne l’attend pas : charcuterie, pain, alcool, sauces, plats industriels, légumes en conserve... Nous en ingurgitons 100g par jour, soit 4 fois plus que la recommandation de l’OMS ! 

2. Parce que le corps a ses limites (que le sucre ne connaît pas)

« Attention au sucre, ça donne des caries ! » : avec du recul, c’est bien là son moindre défaut. Passé un certain niveau, notre corps ne sait plus quoi faire des glucides et se détraque. Outre les risques liés à l’obésité et aux maladies cardiovasculaires, l’organisme doit faire face au diabète et à ces graves répercussions sur la santé. Le diabète, c’est 420 millions de malade dans le monde et 34 000 morts par an en France… 

3. Parce que la drogue, c’est mal

La différence entre le bon et le mauvais sucre ? Le bon sucre est produit par la nature et nous rend heureux. Le mauvais sucre est produit par l’industrie et nous rend addict. D’après une célèbre expérience menée sur des rats en 2007 par le CNRS, le sucre raffiné aurait « un potentiel addictif plus élevé que la cocaïne » ! Le corps les assimile trop vite et le sentiment de satiété ne dure pas. 

4. Parce que la nature nous a apporté des bonbons

Les PRPS (Produits Riches en Sucre Raffiné) sont surabondants dans nos rayons. Une canette de soda ce n’est pas moins de 7 morceaux de sucre ! Pour lutter sans se priver, la nature reste notre meilleure alliée. Les fruits, ces bonbons naturels, sont amplement suffisants pour faire le plein d’énergie et de bonheur. Rien ne vaut un bon melon pour avoir la pêche et la banane ! 

5. Parce que c’est possible

Certains ont tenté la détox… et ça s’est bien passé ! David Leonhardt fait partie de ces adeptes du slow sugar qui ont osé une longue période d’abstinence de sucre. Au bout de 30 jours, il est convaincu. Difficile mais salutaire, cette expérience permet de prendre conscience de notre dépendance et de se rééduquer au vrai goût des choses. Sans le diaboliser, il s’agit de retrouver un rapport sain au sucre : il reste encore l’un des sels de la vie !

Complémentaire santé

Vous cherchez la bonne complémentaire santé ?