Retrouvez vos dernières infos assurance et banque

Rentrée : le travail, est-ce vraiment bon pour la santé ?

Un jeune homme s'endort de manière inconfortable devant son ordinateur

Chaque rentrée scolaire a son petit goût de déprime. Est-ce un hasard si le mot travail vient du latin tripalium, qui signifie « torture » ? On s'interroge ! Petite revue des études et de leurs enseignements afin que travailler reste bon pour la santé !

33 ans de vie en moins pour les stressés 

Les études sur le travail et la santé se multiplient aussi vite que les poux sur la tête des écoliers. Dernière en date, celle menée par des chercheurs de Stanford et Harvard. Elle conclut de manière implacable : dans certains pays, la différence d’espérance de vie peut aller jusqu’à 33 ans ! 

Cela s'expliquerait principalement par le stress lié à l’emploi : précarité, environnement de travail dur et aliénant, horaires décalés… Pour vivre mieux et plus longtemps, il est donc très préférable de travailler dans un cadre de travail épanouissant et serein.

Pour aller loin, travaillez en marchant !

Toutes les études tendent à prouver que le travail en posture assise est mauvais pour la santé. Pour l’Observatoire de la sédentarité « plus le temps journalier passé en position assise est élevé, plus courte est l’espérance de vie ». Faites donc comme les geeks et hipsters de la Silicon Valley : travaillez debout ou en marchant !

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tard

Une autre étude scientifique de l’université d’Oxford montre que nos horaires de travail sont inadaptés à notre rythme biologique. Pour le professeur Paul Kelley, commencer sa journée avant 10h le matin serait même « une hérésie » (on compatit pour les boulangers). 

Les conséquences semblent nombreuses : mauvaise humeur, baisse de la performance, risque de dépression. Et elles affecteraient aussi bien les adultes que les enfants. Grasse mat’ pour tout le monde !

Je travaille si je veux, quand je veux et où je veux !

Dans le Minnesota, des universitaires ont interrogé plus de 600 travailleurs sur les rythmes de travail. Un sondage qui plaide en faveur de la flexibilité : travailler quand on veut et où on veut, réduirait le stress, diminuerait le risque face à la maladie (moins d’arrêts de travail), et permettrait de mieux dormir. À vous de convaincre votre supérieur des bienfais du télétravail !

Si le travail n’est pas toujours la santé, autant être bien couvert par sa complémentaire santé !