SOS : il y a trop de SMS
ACTU
Complémentaire santé
Par AXA,  le 28/08/2017 3 minutes de lecture

SOS : il y a trop de SMS

Je textote, tu textotes, nous textotons tellement que le verbe nouveau a fait son entrée dans le Petit Larousse 2014. Les 200 milliards de messages envoyés chaque année en France méritaient bien ça. Mais attention ! Des études l’affirment, le SMS serait un danger public. SMS : ces trois lettres sont les initiales de Short Message Service, mais également de…

Sape Ma Santé

Après la tendinite du pouce, les textos s’attaquent au dos! La nature a mis des millions d’années à redresser notre posture, les SMS moins de 20 ans à nous recourber. Penchés en permanence sur nos petits écrans, notre lourde tête (4,5 à 5 kg) pèse sur notre faible nuque. Fatalement survient le «Text Neck»: cervicales bloquées, maux de tête, douleurs à l’épaule ou dans les bras… Les chiropracteurs tirent la sonnette d’alarme. Leur prescription: textoter la tête haute.

Saccage Ma Sécurité

Message à tous les automobilistes: le SMS au volant est terrifiant. Chez les moins de 35 ans, 61 % avouent lire leur SMS en conduisant, selon la Sécurité Routière. Ils détournent alors le regard de la route pendant 5 secondes en moyenne. Le risque d’accident est alors multiplié par 23! Les 135 euros d’amende et les 3 points de permis ne semblent pas dissuader les imprudents, qui représentent 10 % des accidents de la route. Les dangers existent aussi chez les piétons connectés qui traversent aveuglés par leurs smartphones.

Siphonne Mon Sommeil

C’est du moins le résultat d’une étude menée à la Wahington and Lee University (Virginie) par le Dr Karla Murdock, qui met au jour le lien étroit entre l’usage des SMS et les troubles du sommeil. L’indice de qualité de sommeil (dit «Indice de Pittsburgh») s’avère fortement affecté par l’utilisation du SMS avant le coucher. Pour un bon dodo, on coupe les textos.

Stimule Mon Stress

La même étude a permis de démontrer que le SMS n’était pas adapté aux relations interpersonnelles et accentuait le stress… Un sacré coup pour le texto qui sert justement à discuter, débattre, informer, amuser, flirter, etc. Le format le rend pourtant impropre à transmettre les subtilités du ton et les nuances d’une conversation. Qui n’a jamais maudit les malentendus provoqués par un message trop vite rédigé ? Un conseil : pour votre prochain oaristys, préférez un franc tête-à-tête à un SMS trompeur.

A la recherche d’une complémentaire santé ?

Le contenu présent dans cet article présente un caractère informatif. Cette actualité n’engage pas contractuellement AXA qui décline toute responsabilité sur les décisions qui pourraient être prises à partir de ces informations.