5 conseils pour se marier sans se ruiner
ACTU
Prêt personnel
Par Stéphanie Alexandre (Le Particulier),  le 28/05/2014 4 minutes de lecture

5 conseils pour se marier sans se ruiner

Entre la robe de mariée, le traiteur et la salle de réception, la facture d'un mariage peut s'envoler. Il est donc essentiel d'élaborer minutieusement votre budget et de vous y tenir. Voici nos 5 conseils pour organiser le plus beau jour de votre vie sans vous ruiner !

Le budget moyen d'un mariage en France est de 9 000 € pour recevoir une centaine de convives. Sauf à utiliser les services d'un organisateur de mariage et parfois recourir à un ou plusieurs crédits, il est impératif d’optimiser le coût de chaque poste de dépenses. Voici nos astuces pour alléger la note !

1- Mariez-vous en périodes "creuses"

Un mariage en région parisienne, le samedi ou l'été, vous coûtera plus cher qu'en province, en semaine ou hors saison. En novembre et mars-avril, les loueurs de salles baissent leurs prix pour les remplir pendant cette période.

La salle pourra être louée seule ou avec le repas inclus. La formule de location seule vous permettra de choisir votre traiteur de façon indépendante, et donc librement le style de votre mariage.

Pour le choix du lieu, tout dépend du nombre d’invités et de vos finances : comptez 300 € en général pour une salle communale, un budget de mariage compris entre 700 et 5 000 euros voire plus pour un manoir ou un château.

Il est également possible d’utiliser la maison de famille et son jardin. Dans ce cas, il faut prévoir moins de 1 000 € pour la location d'une tente pour environ 100 personnes, plancher inclus.

2- Optez pour le cocktail et les vins de producteurs

Après le lieu de la réception, la restauration est un des postes les plus importants de votre budget mariage. En région parisienne il faut prévoir, suivant le prestataire et le menu, une enveloppe de 130 à 200 € par convive pour un dîner assis précédé d'un apéritif. Moins formel, le cocktail dînatoire de mariage revient entre 90 et 150 € par invité.

En province, les tarifs sont divisés par deux. En achetant les vins et le champagne chez le producteur, vous économisez jusqu’à 50 % sur l’addition des alcools. Les sites web Ocavo.com et Directwine.fr peuvent vous aider à commander. Même avec le droit de bouchon, l’opération peut rester intéressante.

3- Misez sur votre savoir-faire

C'est le moment d’exprimer vos talents ! Pour les faire-part, les marque-places ou les décorations de table (pliages de serviettes, centre de table…), consultez les sites internet et les blogs mariage qui fourmillent d'explications (so-lovely-moments.com, decorationsdemariage.fr, mariage-deco.com).

Un ami photographe à ses heures perdues, une tante fleuriste, une cousine experte en coiffure et un frère Disk-jockey vous proposent leur aide, n'hésitez pas !

4- Louez vos tenues

Le mariage est souvent l'occasion de porter un modèle unique signé par un grand créateur. Le prix de ce type de tenue pouvant rapidement grimper, la location de robes de mariée peut être la solution. D'autant que, à la tenue, viennent s'ajouter une multitude d'accessoires (chapeau, gants, voile...), la coiffure et le maquillage.

Pour celles qui désirent conserver leur tenue, sachez que les tarifs des robes varient de 50 € pour les premiers prix chez Tati, spécialiste du vêtement bon marché, à 3 000 € en moyenne chez des spécialistes, comme Cymbeline et Pronuptia, pour des modèles dits en "demi-mesure", avec trois essayages.

La location fonctionne aussi pour le complet trois-pièces en queue de pie. 

5- Apprenez à faire des compromis

Sachez faire des choix en fonction de ce qui est le plus important pour vous et surtout ce qui fera le plus plaisir à vos invités. Pensez notamment au temps que vous allez passer avec eux. Mieux vaut par exemple, se contenter d’un vin d'honneur très simple, car cela ne dure que quelques heures et privilégier un menu original pour le dîner.

Vous savez désormais tout sur l’aspect financier du mariage, il ne vous reste plus qu’à vous passer la bague au doigt !

Vous cherchez un prêt personnel ?
A lire aussi :
Emprunt