Retrouvez vos dernières infos assurance et banque

Week-end de Pentecôte : de nombreux sinistres à cause de la grêle

actu-grele-sinistre

D’importants orages de grêle se sont abattus sur la France du 7 au 9 juin 2014. La Gironde, le Centre et l’Ile-de-France ont été particulièrement touchés.

Le temps n’a guère été clément durant le dernier long week-end de Pentecôte. Météo France à décompté pas moins de 127.901 éclairs sur le territoire français du 7 au 9 juin 2014, dont 23.900 impacts de foudre durant la seule journée du lundi. Les orages de grêle ont frappé l’Hexagone, de la Gironde à l’Ile-de-France en passant par la région Centre, provoquant d’importants dégâts.

Plus de 250 millions d’euros de réparation

Selon les premières estimations publiées le 18 juin 2014 par le Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (Gema), 155.118 déclarations de sinistres auraient été enregistrées pour un coût global estimé à 253,8 millions d’euros. 58% de ces déclarations concernent l'assurance auto, 41% l'assurance habitation, et 1% les professionnels, précise le Gema. Pour sa part, la Fédération des sociétés d’expertise (FSE) avait estimé dès le 10 juin à 25.000 le nombre de déclarations réalisées durant les trois jours du week-end férié. A noter : la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), qui regroupe les compagnies, n’a pas encore communiqué ses chiffres. Enfin, le vignoble bordelais a été particulièrement frappé. Près d’un millier d’hectares auraient été touchés, notamment sur les communes de Prignac, de Blaignan, d’Ordonnac et de Saint Yzans, selon un communiqué de la préfecture de la Gironde diffusé le 10 juin.

Une bonne couverture

Il faut rappeler que les assurés n’ont pas besoin d’attendre l’éventuelle publication d’un arrêté préfectoral de catastrophe naturelle. En cas de dommages sur le logement (tuiles ou vitres cassées, gouttières perforées, etc.), les sinistrés sont couverts par la garantie grêle presque toujours incluse dans leur assurance multirisques habitation (MRH). Les dommages relevés sur la carrosserie des véhicules sont assurés, à condition que leurs propriétaires aient souscrit une garantie dommages tout accident. L’assureur peut décider de faire appel à une société de « débosselage », afin de ne pas avoir à repeindre la carrosserie et ainsi limiter les coûts de réparation. Pour faire prendre en charge le remplacement des pare-brises abîmés par la grêle, l’assuré doit avoir souscrit une garantie bris de glace, là aussi souvent intégrée dans les assurances auto « tous risques ». De leur côté, les vignerons ont quatre jours pour contacter leurs assureurs. Ils ne doivent pas toucher à la récolte avant l’arrivée de l’expert (puisque les fruits ne sont pas déjà murs). Pour pallier les difficultés financières engendrées par le sinistre, ils ont la possibilité d’activer leur garantie « perte d’exploitation ».

Crédit photo : Wikimedia Commons