Conseil
Comprendre l'assurance auto
le 22/04/2020 4 minutes de lecture

Calcul d’une assurance auto : comment ça marche ?

Quand vous demandez des devis pour votre assurance auto, vous ne savez pas trop comment est calculé le prix... Retrouvez notre explication en 4 points.

Jusqu'à 4 MOIS REMBOURSÉS (1)
Un problème avec votre immatriculation ?
Faire une recherche par modèle
Modifier la plaque d'immatriculation  ou  Faire une recherche par modèle

À la recherche d'une assurance auto ? 

De nombreux critères entrent en jeu pour le calcul d’une assurance auto. Il est difficile d’aller dans le détail car chaque compagnie d’assurance a ses propres règles de calcul basées sur l’exploitation de statistiques. Cependant, il existe des éléments communs pour effectuer ce calcul. Et un principe : plus le risque est élevé, plus vous payez cher !

Faits marquants sur la situation des marchés financiers

Les marchés financiers sont restés extrêmement volatils la semaine du 23 au 27 mars 2020. Cette semaine s’est achevée par un recul important des grands indices boursiers, après trois séances consécutives de hausse alors boostés par les annonces de soutien monétaires et budgétaires des banques centrales et des gouvernements. Au global, sur la semaine du 23 au 27 mars, on observe un solide rebond des marchés d’actions allant de 6,59 % à 7,54 %.

Du côté des taux longs, le rendement des obligations d’Etats US à 10 ans est repassé sous la barre des 0,70 % pour s’établir à 0,675 %.

Dans la zone euro, le rendement des obligations allemandes à 10 ans a terminé la semaine à -0,48 % alors qu’il s’inscrivait à -0,26 % deux jours plus tôt.

Du côté des matières premières, le cours du pétrole est ponctuellement passé sous 20 dollars le baril (cours du WTI) en séance le vendredi 27 mars alors que l’Arabie saoudite et la Russie ne semblent pas disposées à se mettre d’accord sur une baisse de la production pour soutenir le cours du baril. Le ralentissement macro-économique et le confinement pèsent sur le prix du pétrole.

Le fait marquant de la semaine du 23 au 27 mars est le plan massif de soutien à l’économie voté vendredi 27 mars aux Etats-Unis : 2000 milliards de dollars pour CARES (Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security).

Il se traduit par les mesures suivantes :

  • Des envois de « chèques » de 1200 $ par adulte et 500$ par enfant (avec des conditions de revenu).
  • Un programme de prêts aux PME de 367 Mds $.
  • Un programme de prêts de 500 Mds $ pour les grandes entreprises, les villes et les Etats.
  • Une enveloppe de 130 Mds $ pour les hôpitaux.
  • Une enveloppe de 150 Mds $ pour les fonds destinés à stimuler l’activité locale. 
  • Une amélioration de l’indemnisation chômage (extension de la durée de l’indemnisation et augmentation des indemnités de 600 $ par semaine pendant 4 mois).

Ce plan de soutien est le plus important jamais voté par le congrès.

Source : CPR, le 29 mars

La situation des Gestions pilotées

Les équipes de gestion d’Architas France n’ont à ce jour pas fait évoluer les allocations des Gestions pilotées(1). La forte volatilité de la semaine du 27 au 31 mars les a confortées dans l’idée qu’il était préférable d’attendre que la situation se stabilise davantage pour envisager de revenir à une allocation tactique plus proche de l’allocation stratégique, autrement dit une exposition en actions plus importantes.

Comme anticipé, la plupart des données économiques sont mauvaises et continueront de l’être tant que nous n’aurons pas davantage de signaux positifs. Les niveaux actuels des valorisations des actions semblent néanmoins déjà intégrer les anticipations de récession.

Elles continuent à surveiller les impacts des mesures de confinement et les annonces budgétaires et monétaires, qui devraient à terme contribuer à rassurer les marchés.

(1) Le mode de Gestion pilotée est détenu par le biais d’un contrat d’assurance vie AXA France VIE.

 

Communication faite à titre purement informatif sans valeur contractuelle.

Achevé le 31 mars 2020 - Rédaction réalisée par AXA 
Source : Architas France

#1. Votre véhicule

Chaque détail a son importance : la marque, le modèle, le type de carrosserie, la puissance… Par exemple, une voiture puissante est statistiquement plus souvent impliquée dans un accident. Sa cotisation d’assurance est donc plus chère ! La zone de circulation influe aussi sur le tarif : si vous roulez surtout dans des zones urbanisées, le risque est plus important. Idem pour le lieu de stationnement : si votre voiture « dort » dans la rue, elle sera plus facilement volée ou vandalisée que si elle est à l’abri dans un garage. Enfin, si vous utilisez aussi votre véhicule pour des trajets professionnels, vous avez plus de risques d’avoir un accident que si vous ne vous en servez que le week-end…

Sachez aussi que les qualités écologiques sont récompensées : pour une voiture électrique, vous pouvez profiter d’une remise d’environ 30 % sur votre cotisation (chez AXA).

#2. Votre profil

Cette fois, il s’agit de vous : votre âge, votre situation familiale, votre statut de conducteur principal ou secondaire… Par exemple, si vous êtes jeune conducteur, vous avez plus de chances de provoquer un accident. Une surprime est ainsi appliquée aux « conducteurs novices », c’est-à-dire ceux qui n’ont pas d’expérience de conduite. Mais elle est réduite si vous avez effectué la conduite accompagnée.

#3. Votre historique 

Votre passé d’automobiliste est aussi pris en compte : la date d’obtention de votre permis, le nombre d’années sans sinistre responsable, les sinistres survenus, votre bonus-malus… L’objectif est de mesurer le degré de risque que vous représentez avant de procéder au calcul de la prime de votre assurance auto.

Par ailleurs, pour certains événements passés graves, un assureur peut appliquer en plus une majoration de cotisation : conduite sous l’emprise de l’alcool, suspension ou annulation de permis, délit de fuite, non déclaration d’accidents… 

Les effets du bonus-malus sur le calcul de l’assurance auto

Avant l’échéance anniversaire de votre contrat, votre coefficient de bonus-malus est modifié pour l’année suivante en fonction des sinistres déclarés dont vous avez été responsable dans les 12 derniers mois :

- Il est réduit si vous n’avez été responsable d’aucun accident.
- Il est majoré si vous avez été responsable (ou partiellement responsable) d’au moins un accident.

#4. Votre niveau de couverture

Enfin, le nombre de garanties dont vous avez besoin, ainsi que les services d’assistance, entrent bien sûr en ligne de compte. Plus votre protection est complète, plus votre cotisation sera élevée. Ainsi, une assurance « tous risques » vous coûtera toujours plus cher qu’une assurance au tiers… Mais vous serez mieux protégé !

À la recherche d'une assurance auto ? 

Sur le même thème

Calcul d’une assurance auto : comment ça marche ?