Retrouvez vos dernières infos assurance et banque

Un potager sur le balcon : bonne ou mauvaise idée ?

Un pot de tomates cerises pousse sur le balcon d'un appartement d'une grande ville

La mode du « manger mieux, manger local » donne des idées aux citadins. Ils sont de plus en plus nombreux à transformer leurs balcons en véritables potagers. Mais cultiver ses légumes en ville est-il sans risque ?

Les cultures du périph’

Si une ferme poussait à côté du périphérique de Paris et de ses pots d’échappements, en achèteriez-vous les tomates ? Voilà toute la question, car dans les villes denses, la pollution peut fortement influer sur la qualité de vos légumes chéris (1). 

Cultivée à domicile, si vous habitez dans une grande ville, votre récolte pourrait afficher une concentration en métaux bien supérieure aux taux autorisés ! Essayez si possible de planter vos graines sur un balcon donnant sur une cour ou une rue peu passante.

La tomate et la co-pro

Le règlement de copropriété de votre immeuble peut écraser vos courgettes, car les balconnières ne sont pas toujours autorisées, que ce soit à cause des écoulements d’eau sur la tête de vos voisins ou des risques de décrochage... 

Orientez vos bacs vers l'intérieur et renseignez-vous sur le poids maximal que votre terrasse peut supporter. Pour limiter l’impact sur le bâtiment, choisissez un terreau spécial balcon qui laissera s'écouler l'excédent d'eau (arrosage compulsif, pluie) et placez des billes d'argiles au fond des pots.

La main verte du citadin

Tout le monde vit sous le même soleil, mais personne n’a la même exposition : choisissez vos plants de légumes selon l'ensoleillement de votre balcon. Et n'ayez pas l'estomac plus gros que la jardinière : évitez de planter tomates, courgettes et patates ensemble ! 

Enfin, gardez en tête que les particuliers ont souvent la main beaucoup plus lourde en pesticides que les professionnels. Ne gâchez pas votre culture « naturelle et locale » et optez pour des solutions écologiques, comme la menthe poivrée, pour chasser les nuisibles.

Et si malgré toutes ces précautions votre main verte devait malheureusement faire quelques dégâts à votre domicile, mieux vaut opter pour une bonne assurance habitation !

---

(1) Etude allemande de 2014 (Département Ecologique de l’Université technique de Berlin) : « la concentration de métaux trouvés dans les produits cultivés en ville est au moins le double de celle des produits vendus dans le commerce. »