Etre macho, c'est mauvais pour la santé !
ACTU
Complémentaire santé
Par AXA,  le 16/12/2016 2 minutes de lecture

Etre macho, c'est mauvais pour la santé !

Une récente étude américaine (2016) affirme que les hommes adoptant des comportements machos seraient plus enclins à développer des troubles mentaux et physiques. Le machisme serait-il décidément mauvais pour tout le monde ?

Macho macho man ! You wanna be a macho !

Une équipe de chercheurs américains de l'Université Bloomington (Indiana) a regroupé les résultats de 78 enquêtes menées auprès de 20 000 hommes sur 10 ans. Leur résultat est sans appel : les hommes revendiquant plusieurs « normes viriles » ont une santé mentale et physique plus fragile que les autres.

Que sont donc ces normes viriles ? Des traits établis par les sondés eux-mêmes, par exemple : le besoin de dominer, le goût de l’emprise sur les femmes, l’envie de compétition, la prise de risque, la violence, le comportement de playboy ou encore le mépris pour les homosexuels. Est-ce le machisme qui cause la mauvaise santé ou le mal-être qui conduit au machisme ? Telle est la question.

Un peu de douceur dans ce monde de brutes ?

Le macho fait preuve d’une fierté excessive et refuse de dévoiler ses émotions. À force de réprimer sa sensibilité (« Un homme, ça ne pleure pas ! »), il peut être amené à développer des troubles psychologiques : sentiment d’isolement, frustration et dépression…

Des symptômes renforcés par le déni et le refus de chercher de l’aide, puisque le mâle ne saurait souffrir « comme une femmelette ». Le cercle vicieux est en marche ! Le corps subit aussi cette minimisation de la douleur, qui est pourtant souvent le signal envoyé par notre organisme pour que l’on se protège. 

Bref, pour vivre longtemps, acceptez une petite part de féminité (ou de douceur) ! Et pour ne pas pousser des cris de castrat devant vos frais de santé, prenez une complémentaire santé qui offre de bons remboursements ! 

A la recherche d’une complémentaire santé ?

Le contenu présent dans cet article présente un caractère informatif. Cette actualité n’engage pas contractuellement AXA qui décline toute responsabilité sur les décisions qui pourraient être prises à partir de ces informations.

A lire aussi :
Le côté obscur du café