Pâques : comment choisir un bon chocolat ?
ACTU
Complémentaire santé
Par AXA,  le 13/04/2017 2 minutes de lecture

Pâques : comment choisir un bon chocolat ?

Œufs, bien sûr, mais aussi poules, lapins, poissons… Comme tous les ans à Pâques, tout un bestiaire de chocolat va se cacher dans les fourrés et derrières les étagères ! Une question se pose cependant : comment choisir un bon chocolat avant de le cacher ?

Du cacao, rien que du cacao !

Chaque Français savoure 6,7 kg de chocolat par an* et c’est tant mieux : le chocolat est bon pour la santé. Il contient du magnésium (anti-fatigue et anti-stress), de la vitamine B3 (bon pour le cholestérol), des antioxydants (contre le vieillissement des cellules), du zinc, du cuivre. Bref un vrai condensé de bien-être associé à un goût exquis… à condition de se régaler de chocolat fait de cacao ! Les teneurs en sont malheureusement très variables d’un produit à l’autre.

Le goût de l’étiquette

En grande distribution, privilégiez les chocolats portant la dénomination « traditionnelle » ou « pur beurre de cacao », qui garantit l’absence de graisses végétales autres que celles du cacao. En cas de doute, lisez l’étiquette : les ingrédients sont toujours classés selon leur dosage. Si le cacao et le beurre de cacao sont en tête de liste, c’est bon signe. En revanche, si le sucre truste la première ou la seconde place… méfiance !

Les « matières grasses végétales » à éviter

Outre le sucre en trop grande quantité, méfiez-vous également des matières grasses végétales (huile de palme, karité). Autorisées depuis 2000, ces matières sont sujettes à de nombreuses polémiques. Moins onéreuses que le beurre de cacao, elles ne sont cependant pas garantes d’un chocolat de qualité et sont donc à éviter pour qui souhaite allier gourmandise et bienfaits du cacao…

Bonne chasse aux œufs et gare à la crise de foie !

A la recherche d’une complémentaire santé ?

Le contenu présent dans cet article présente un caractère informatif. Cette actualité n’engage pas contractuellement AXA qui décline toute responsabilité sur les décisions qui pourraient être prises à partir de ces informations.

Source 
* La Tribune - 2016