Spécial 1er avril : la recette de la blague parfaite !
ACTU
Complémentaire santé
Par AXA,  le 31/03/2017 3 minutes de lecture

Spécial 1er avril : la recette de la blague parfaite !

Selon Henri Rubinstein, neurologue spécialiste du rire (et auteur du livre « Psychosomatique du rire, rire pour guérir »), le rire renforcerait le système immunitaire et retarderait le vieillissement de l’organisme. À la veille du 1er avril, se pose donc LA question : existe-t-il des éléments scientifiques pour écrire la blague parfaite ? En voici, sinon la recette, quelques ingrédients pour faire rire votre entourage et participer à sa bonne santé !

#1. Partez d’un fond de sonorités cocasses

Faites confiance aux enfants, hilares à la simple évocation d’un mot. Le comique vétéran américain Carrot Top place toujours des sonorités cocasses dans ses spectacles à Las Vegas. Selon lui, les sons en « t » ou « c » seraient les plus drôles (toto, caca…). Choisissez donc bien vos mots et à défaut, n’hésitez pas à faire vivre vos histoires par onomatopées et mimiques.

#2. Faites monter la sauce avec de la connivence

Si le rire est universel, la blague, elle, n’a pas la même saveur partout, comme l’ont montré 5 universitaires réunis en colloque en 2009 pour débattre de « la géographie de l’humour ». Prenez les Suédois. Ils aiment l’ironie. Les Américains, eux, apprécient l’exagération de situations banales. À Marseille, on adore la bonne vieille vanne, tandis que les Belges sont réputés, comme les Danois, pour la finesse de leur absurde… La blague parfaite ne peut fonctionner que s’il y a connivence linguistique, géographique et culturelle. Pensez donc à votre auditoire avant de penser à vous.

#3. Farcissez d’associations imprévues

Qu’est-ce qui fait rire ? Les plus grands philosophes y ont réfléchi sans une once d’humour. Réponse de Kant ? L’incongruité. C’est-à-dire le décalage entre ce que l’auditeur attend et ce qui advient réellement. Exemples ? La chute sur un plateau télé, le bêtisier d’un film, ou les textes ciselés de Raymond Devos, le roi des jeux de mots et des ruptures de sens. Misez donc sur les courts-circuits, les associations d’idées, les comparaisons imprévues.

#4. Faites chauffer le tout sous le feu de l’actu

Il faut rire avec son temps. Du comique troupier au chroniqueur radio, les mécanismes n’ont pas changé : une bonne blague colle parfaitement à son époque. Pour Freud, c’est le rire soulagement, celui qui libère des tensions. Aujourd’hui, les humoristes les plus populaires sont ceux qui traitent l’actualité d’un tweet moqueur, vengeant le lecteur de sa colère.

A la recherche d’une complémentaire santé ?

Le contenu présent dans cet article présente un caractère informatif. Cette actualité n’engage pas contractuellement AXA qui décline toute responsabilité sur les décisions qui pourraient être prises à partir de ces informations.