Combien de pièces principales déclarer dans votre contrat d’assurance habitation ?
Conseil
Comprendre l'assurance habitation
le 19/09/2018 5 minutes de lecture

Combien de pièces principales déclarer dans votre contrat d’assurance habitation ?

Le tarif de votre assurance habitation dépend souvent entre autres du nombre de pièces de votre logement. Quelles sont les pièces principales à déclarer ? Voici quelques règles pour éviter les erreurs.

Salon, bureau, 1, 2 ou 3 chambres… Au moment de la souscription de votre contrat, votre assureur vous demandera certainement la surface habitable mais aussi le nombre de pièces principales à assurer. Pas toujours facile de savoir ce qu’on entend par pièce principale… Surtout que cette définition n’est pas la même chez tous les assureurs. Pourtant, cet inventaire a son importance puisqu’il influe sur le montant de votre cotisation d’assurance habitation !

Qu’est-ce qu’une pièce ?

De façon générale, une pièce c’est :

  • une « pièce de vie » c’est-à-dire un salon, une chambre, un bureau… On ne comptabilise généralement pas la cuisine, ni la salle de bains, l’entrée, les toilettes, les couloirs et les placards ;
  • une pièce d’une dimension suffisante (généralement au moins 6 m2) mais pas trop grande (généralement maximum 40 m2). A noter : la hauteur sous plafond doit être supérieure à 1,80 mètre.
Bon à savoir
  • une terrasse, un balcon ne sont pas considérés comme des pièces d’habitation ;
  • la surface d’une mezzanine s’ajoute à celle de la pièce dans laquelle elle se trouve.

Vous avez un doute ? Consultez les conditions générales de votre contrat d’assurance habitation : le principe du comptage des pièces principales doit y être spécifié. Si besoin, demandez à votre assureur de vous aider en lui montrant un plan de votre logement.

Comment faire si vous modifiez votre logement ?

Vous devez prévenir votre assureur si vous changez :

  • le nombre de pièces (vous aménagez les combles, vous coupez le salon en deux pour faire une chambre, vous construisez une extension) ;
  • la destination de certaines pièces (le garage devient une chambre d’amis).

Votre assureur modifiera votre contrat et donc le montant de votre cotisation :

  • Vous pouvez refuser, dans ce cas votre assureur pourra résilier votre contrat.
  • De son côté, votre assureur peut aussi refuser d’assurer ce nouveau risque… Votre contrat sera alors résilié.

Et si vous oubliez de prévenir votre assureur ?

Ne prenez pas cette obligation à la légère ! En effet, en cas de sinistre, la pièce en question ne sera pas assurée correctement, voire même pas du tout.

Par exemple, si vous avez installé une salle de bains dans les combles et que votre baignoire provoque un dégât des eaux, votre assureur vous dira qu’il n’avait pas connaissance de ce risque. Conséquence : vous serez mal ou pas indemnisé… Autre exemple : si vous construisez une extension et que vous ne la déclarez pas, elle ne sera pas non plus assurée.

A la recherche d’une assurance habitation ?

Sur le même thème