Retrouvez vos dernières infos assurance et banque

Référendum britannique : le « leave » l’emporte

Drapeau anglais et Brexit

Jeudi 23 juin, les Britanniques ont été appelés à se prononcer sur l’avenir de leur pays au sein de l’Union européenne.

Que s'est-il passé ?

  • Les Britanniques ont été 52% à voter en faveur d’un départ du club des 28.
  • Ce matin, David Cameron, Premier ministre britannique, a annoncé sa démission.

Et les marchés financiers ?

  • Depuis quelques jours, les marchés étaient en hausse, anticipant la victoire du « remain ». Ce matin, les marchés mondiaux, ont vivement réagi à la nouvelle, toutes les Bourses européennes étaient dans le rouge.
  • Devant ce résultat qui n’était pas celui anticipé, le principal indice de la place londonienne, le FTSE 100 a perdu plus de 6% à l’ouverture de séance. La livre sterling a chuté fortement face à la plupart des autres devises.
  • La nouvelle a également fait chuter lourdement à l’ouverture les indices des grandes places boursières européennes. A la mi-journée le CAC 40 (Paris), le DAX (Francfort) et le Bel-20 (Bruxelles) contenaient leur baisse aux alentours de 8%.
  • Afin de rassurer et stabiliser les marchés, les banques centrales (Banque d’Angleterre et BCE) se sont immédiatement mobilisées et ont mis en œuvre des mesures en vue de soutenir la Livre et fournir les liquidités nécessaires aux marchés.
  • Ces banques centrales considèrent par ailleurs que le système financier est en situation de supporter les conséquences de cette nouvelle.

A quoi faut-il s’attendre ?

  • Les marchés vont devoir digérer la nouvelle. Dans les jours et semaines à venir, ils évolueront au fil des déclarations successives des chefs d’Etats et d’institutions et vont connaître à court terme une forte volatilité.
  • Si le Parlement britannique ratifie le départ, le pays aura alors deux ans pour négocier les modalités de sa sortie. Pendant cette période, rien ne changera et le Royaume-Uni continuera de respecter les traités et les lois de l'UE.
  • A ce jour, il est encore trop tôt pour évaluer les conséquences d’un tel départ. Tout dépendra de l’issue des négociations. Mais il est clair que le Royaume-Uni et l'Europe resteront des partenaires commerciaux importants.
Si vous êtes détenteurs d’un contrat d’épargne ou de retraite auprès d’AXA France
  • Ces évènements n’ont pas d’impact sur la solidité du groupe AXA et, notamment, sur sa capacité à assurer sa garantie sur les placements qui en comportent une.
  • Vous avez opté, dans votre contrat, pour une solution d’épargne que vous avez sélectionnée avec votre conseiller en fonction de vos besoins, vos exigences, votre horizon de placement et votre profil d’épargnant.
  • Dans ce contexte de marchés agités nous attirons votre attention sur l’importance de garder en tête avant toute décision de réorientation d’épargne, vos objectifs et l’approche de long terme d’un investissement en assurance vie.
  • Les équipes d'AXA ont pris en amont et suite à ce référendum les mesures qui s'imposent, conformément à leur stratégie d’investissement et leur analyse des marchés. Elles ont notamment adopté des positions plus défensives dans toutes les allocations des conventions et gestion pilotée qu’elles gèrent.
  • Elles continueront à adapter ces positions dans les prochains jours en fonction de l’évolution de la situation. 
  • Votre interlocuteur AXA habituel reste bien sûr à vos côtés.

Nos conseillers vous guident !

  • Mentions légales
    • L’investissement sur des supports en unités de compte supporte un risque de perte en capital. Les montants investis sur les supports en unités de compte ne sont pas garantis par l’assureur, qui ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte, mais sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.
    • Rédaction réalisée par la Direction Epargne et Wealth Management en collaboration avec Architas société du groupe AXA et  achevée le 24 juin 2016.