Droit des aidants d'une personne dépendante
Conseil
S'informer sur la prévoyance et la dépendance
le 21/09/2018 3 minutes de lecture

Droit des aidants d'une personne dépendante

Vous accompagnez un proche dans une situation de perte d'autonomie : vous êtes ce que l’on appelle un « aidant ». Vous êtes certainement confronté à de nombreuses difficultés et vous vous posez des questions. Comment trouver de l’aide ?

Être aidant

Régulièrement, vous vous occupez d’une personne de votre entourage devenue dépendante. Vous l’accompagnez dans les gestes de la vie quotidienne, dans ses activités domestiques et ses soins médicaux. Vous assurez un soutien moral et vous l’aidez peut-être financièrement.

Ces responsabilités ont certainement de nombreuses conséquences sur votre vie personnelle, sociale et professionnelle. Vous êtes confronté à vos limites physiques, à votre manque de disponibilité ou de compétences. Vous pouvez aussi vous sentir parfois découragé.

Être aidé

Si vous avez besoin d’aide, commencez par faire appel à vos proches.

Sollicitez des professionnels (auxiliaires de vie, aide-ménagère, infirmier, etc.) pour vous décharger de certaines tâches (toilette, soins, entretien de la maison...).
Pour être conseillé, adressez-vous à votre médecin traitant ou au centre communal d’action sociale (CCAS) de votre commune.

Pour que votre proche dépendant et vous ayez connaissance de vos droits, deux guides ont été publiés par le ministère du Travail et de la Solidarité.

  • Le « guide de l’aidant familial ».
  • Le « guide des aides légales à la gestion du patrimoine et à la protection de la personne ».

Des formations spécialisées sont organisées par les mairies ou les mutuelles.
Un soutien psychologique est également possible grâce à des formations ou groupes de parole, comme ceux de la Maison des Aidants.

Par ailleurs, plusieurs mesures ont été mises en place par les pouvoirs publics pour permettre aux aidants d’interrompre temporairement leur activité professionnelle :

  • le congé de soutien familial, pour se consacrer à un proche dépendant ou handicapé.
  • le congé de solidarité familiale, pour assister un proche en fin de vie ou faisant l'objet d'une perte d'autonomie d'une gravité particulière (en l'absence de dispositions conventionnelles, sa durée est de 3 mois maximum, renouvelable une fois).
  • les dispositifs propres à votre entreprise : renseignez-vous auprès de votre employeur ou de votre DRH.
A la recherche d'une assurance dépendance et de services d'accompagnement au quotidien ?

Sur le même thème