Retrouvez vos dernières infos assurance et banque

Epargne retraite : le PERP bat des records

Stylo à la main, un homme s'apprête à remplir un document papier

Le montant des versements réalisés sur les plans d’épargne retraite populaires (PERP) n'a jamais été aussi élevé : il a dépassé la barre des 2 milliards d’euros en 2015.

Le PERP a le vent en poupe ! L’an dernier, les primes versées sur les plans d’épargne retraite populaires ont atteint 2,064 milliards d’euros, selon les données de la Fédération française de l’assurance (FFA) diffusées le 1er septembre 2016. C’est la première fois depuis son lancement en 2004 que ce placement - qui propose le versement de rentes à compter du départ à la retraite - franchit le seuil symbolique des 2 milliards d’euros de cotisations annuelles.

En réalité, le montant des versements opérés sur les PERP ne cesse d’augmenter d’année en année. A titre de comparaison, les cotisations sur les plans d’épargne retraite populaires s’étaient élevées à « seulement » 1,13 milliard d’euros en 2011, d’après la FFA. Ce produit viager, instauré par la réforme des retraites de 2003, connaît un récent coup d’accélérateur. Entre 2014 et 2015, les versements ont augmenté de 13,7 %.

Des ouvertures en hausse

Ce dynamisme provient notamment de l’ouverture de nouveaux plans. Le nombre de PERP souscrits l’an dernier a progressé de 4,8 % pour atteindre 109 000 nouvelles souscriptions. Au total, la FFA a dénombré 2,33 millions de plans en cours, un chiffre en hausse de 2,5 % sur 12 mois. Si de plus en plus de Français souscrivent un PERP, le marché est surtout dynamisé par une augmentation des cotisations par plan. En d’autres termes, les assurés alimentent davantage leur PERP.

Il est vrai que ce placement offre un avantage fiscal très intéressant. Les cotisations peuvent être déduites des revenus à déclarer à l’administration fiscale à hauteur de 10 % du plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS) de l’année précédente ou à hauteur des revenus professionnels dans la limite de 10 % de huit fois le PASS de l’année précédente (plus d’information sur le site dédié à la retraite d’AGIPI).

Des avantages fiscaux

Dans leur déclaration 2017 portant sur les revenus perçus en 2016, les assurés vont pouvoir déduire des cotisations versées sur leur PERP au minimum 3 804 euros (10 % du PASS 2015) et au maximum 30 436 euros (10 % de 8 PASS 2015).

A noter : ces déductions ne sont pas intégrées dans les « niches fiscales » plafonnées à 10 000 euros par an et accordées, par exemple, pour l’emploi d’un salarié à domicile ou pour un investissement dans de l’immobilier locatif partiellement défiscalisé du type Pinel ou Duflot.

Demandez un conseil personnalisé pour préparer votre retraite !